L’économie de la forêt privée

    • Les activités sylvicoles effectuées en forêt privée génèrent des revenus de 2,5 milliards de dollars et 25 000 emplois. Ces emplois sont occupés par les propriétaires de boisés travaillant à leur compte, les professionnels et les techniciens forestiers qui les accompagnent, les ouvriers sylvicoles, les camionneurs pour le transport du bois et la portion des travailleurs œuvrant en usines pour la transformation des bois récoltés chez l’un ou l’autre des 134 000 propriétaires forestiers au Québec.

economie-de-la-foret-privee

  • Environ 36 000 propriétaires disposent de plans d’aménagement forestier et sont légalement reconnus comme producteurs forestiers. Les boisés visés par ces plans représentent 46 % du territoire de la forêt privée. Des centaines de travailleurs et professionnels forestiers accompagnent ces propriétaires dans la mise en valeur de leur patrimoine et le soutien gouvernemental en sylviculture s’élève à plus de 70 millions de dollars annuellement.
  • La mise en valeur de la forêt privée procure un revenu principal ou d’appoint à des milliers de propriétaires forestiers puisque 20 000 d’entre eux mettent du bois en marché au cours d’une année et 2 000 producteurs en tirent leur revenu principal. La valeur des bois récoltés par ces producteurs, et destinés aux usines de pâtes et papiers, de sciage, de déroulage et de panneaux, s’élève à plus de 300 millions de dollars en dehors la période de crise vécue actuellement. L’approvisionnement en provenance de la forêt privée correspond aujourd’hui à 20 % de l’approvisionnement total des usines de transformation du Québec.
  • La production de sirop d’érable génère des revenus de ventes de 300 millions de dollars annuellement pour les 7 300 producteurs acéricoles du Québec.
  • La production d’arbres de Noël génère des revenus de ventes de 30 millions de dollars annuellement pour les producteurs.
  • La pêche, la chasse et les activités fauniques sans prélèvement attirent 2 millions d’usagers qui dépensent 381 millions de dollars annuellement. On estime que la moitié de ces activités se pratiquent sur les terres privées générant des revenus de plusieurs millions de dollars pour les propriétaires de boisés et des taxes et impôts pour les gouvernements.

En aval, ces biens et services contribuent directement à d’importantes industries de la transformation alimentaire et forestière, de la récréation et du tourisme.

Portrait économique des activités sylvicoles en forêt privée, les emplois directs et le chiffre d’affaires

 

15/12/2016