L’épinette de Norvège approuvée pour la construction aux États-Unis

L’American Lumber Standards Commitee (ALSC) a approuvé l’utilisation de l’épinette de Norvège dans la construction aux États-Unis. Le bois d’œuvre de cette essence pourra dorénavant servir pour du colombage, pour les planchers, pour les solives de plafond et pour différentes applications industrielles. Fait étonnant, aucune autre essence d’arbre n’avait été certifiée depuis les années 1920.

C’est la Northeastern Lumber Manufacturers Association (NELMA) qui est à l’origine des tests réalisés sur cette essence présente dans le nord-est américain. Au total, 1 320 pièces de 2×4, 2×6 et 2×8 furent examinés. Or, il appert que 65 % des pièces relevaient d’une qualité #2 et mieux, ce qui permettra à cette essence d’intégrer le groupe d’essences de qualité SPF-S (spruce-pine-fir south), une combinaison d’essences de bois d’origine américaine. Ce groupe d’essences présente une qualité inférieure en résistance mécanique comparativement aux essences de bois généralement retrouvées au Québec, soit SPF (spruce-pine-fir). Six ou sept scieries québécoises détiennent actuellement l’étampe SPF-S leur permettant de transformer ces essences et de vendre ce bois d’œuvre aux États-Unis.

Groupe d’essence pour la classification du bois d’œuvre

SPF SPF-S
Épinette blanche Épinette blanche
Épinette noire Épinette d’Engelmann
Pin gris Épinette de Norvège*
Sapin baumier Épinette noire
Épinette de Sitka
Pin gris
Pin rouge
Pin tordu
Sapin baumier

Cette intégration à la classification du bois d’œuvre est un débouché intéressant pour les plantations d’épinette de Norvège du nord-est de l’Amérique du Nord. En premier lieu, ces plantations furent établies pour approvisionner l’industrie papetière. Depuis la dégringolade de cette industrie, l’épinette de Norvège avait perdu son utilité, outre quelques utilisations sporadiques, et se trouvait donc sans preneur.

Pour l’instant, seule l’épinette de Norvège du nord-est des États-Unis peut être intégrée à la classification SPF-S. Les producteurs de bois québécois devront attendre la fin de tests sur l’épinette de Norvège en provenance du Québec avant de pouvoir espérer trouver un débouché pour leurs nombreuses plantations. Ces tests, entrepris par FPInnovations de concert avec le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), devraient être complétés au printemps 2017. Au moment de réaliser le dernier calcul de possibilité forestière en forêt privée, on dénotait un volume d’au moins 1,5 Mm³ de bois marchand d’épinette de Norvège en forêt privée au Québec.

Volume de bois marchand d’épinette de Norvège par territoire d’agence régionale de mise en valeur des forêts privées
capturevol-epo_web

Vincent Miville, ing.f. M.Sc.
Économiste forestier


Sources : [BDC] 2016. Norway spruce approved for wall studs, floor and ceiling joists, industrial applications. Building Design + Construction. 1er novembre 2016.
[CIFQ] 2016. Estampille de qualité. Conseil de l’industrie forestière du Québec. 3 novembre 2016.
[CIFQ] 2016. Communications personnelles – Denis Rousseau. 8 novembre 2016.
[NELMA] 2016 a. Norway Spruce Q&A. Northeastern Lumber Manufacturers Association. 27 octobre 2016.
[NELMA] 2016 b. NELMA announces addition of new species to SPFs grouping – Norway spruce inclusion represents industry firts. Northeastern Lumber Manufacturers Association. 27 octobre 2016.
[QWEB] 2016. The SPF Group. Quebec Wood Export Bureau. 3 novembre 2016.
[WCLIB] 2004. Standard grading and dressing rules for lumber. West Coast Lumber Inspection Bureau. 1er janvier 2004.
[WSP et FPFQ] 2015. Détermination de la possibilité de récolte forestière régionale. Rapports multiples produits pour les Agences régionales de mise en valeur de la forêt privée. 2014-2015.