Modeste progression du rythme des mises en chantier aux États-Unis en 2016

Le rythme des mises en chantier a progressé de 6 % en 2016 aux États-Unis pour atteindre 1,17 million d’unités. Ces résultats confirment une progression modeste, mais durable de la construction résidentielle américaine. Un fait d’armes fut accompli au cours du mois d’octobre lorsque le rythme a fracassé le niveau de 1,3 million d’unités, du jamais vu depuis 2007. Toutefois, la reprise est encore une fois plus lente qu’anticipée, alors que les prévisionnistes tablaient sur une hausse du rythme de 100 000 unités en 2016 plutôt que les 68 000 enregistrées.

2017-01-18 Graph chantier

Le rythme des mises en chantier pour le mois de décembre atteint 1,23 million d’unités, en hausse de 11 % sur le mois précédent et de 6 % par rapport à décembre 2015. La volatilité s’est installée dans ce marché depuis la fin de l’été. En effet, le rythme des mises en chantier a chuté de 10 % en septembre. Il a ensuite repris 25 % en octobre, pour perdre 17 % le mois suivant et terminer l’année avec une hausse de 11 %.

2017-01-18 Tableau chantier

La volatilité des mises en chantier provient principalement du segment des logements multiples. Au cours du deuxième semestre, ces constructions ont oscillé entre 0,26 million et 0,47 million d’unités. Parallèlement, le rythme des mises en chantier de résidences unifamiliales a poursuivi sa croissance de manière beaucoup plus constante. Le rythme de construction des résidences unifamiliales a crû de 10 % en 2016, pour atteindre 0,78 million d’unités, alors que le rythme de construction de logements multiples a plutôt baissé de 3 % cette année, pour atteindre 0,37 million d’unités. C’est donc dire que la croissance des mises en chantier en 2016 fut exclusivement réalisée dans la catégorie des résidences unifamiliales.

Cette statistique est très intéressante puisqu’elle confirme la confiance des Américains dans le marché immobilier, et elle reflète la capacité des ménages à réinvestir le marché des résidences unifamiliales plutôt que le marché des copropriétés. Même si globalement la croissance des mises en chantier est au-deçà des attentes, le fait est que la résilience du marché des résidences unifamiliales est beaucoup plus intéressante pour l’industrie forestière. En fait, la construction d’une résidence unifamiliale multiplie l’utilisation de produits du bois comparativement à la construction d’une unité résidentielle dans un complexe à logements multiples.

La Banque de Montréal s’attend à ce que le rythme des mises en chantier aux États-Unis atteigne 1,32 million d’unités en 2017, en hausse de 0,15 million d’unités sur un an. La forte croissance anticipée en 2017 contrastera avec 2018 qui devrait se solder par une croissance de seulement 0,04 million d’unités.

Du côté canadien, le rythme annuel des mises en chantier en 2016 a atteint 198 000 unités, en hausse de 4 000 unités par rapport à 2015. Ceci ne cesse d’étonner les économistes alors que les provinces de l’Ouest sont durement touchées par la crise pétrolière. La Banque de Montréal entrevoit une baisse du rythme des mises en chantier à court-terme. Ce rythme devrait osciller entre 180 000 et 185 000 unités en 2017 et 2018.

Vincent Miville, ing. f. M. Sc.
Économiste forestier


Sources:
[BMO] 2016. Canadian Economic Outlook. BMO Capital Markets. 13 janvier 2017.
[BMO] 2016. United States Economic Outlook. BMO Capital Markets. 13 janvier 2017.
[SCHL] 2016. Le marché de l’habitation : Données provisoires sur les mises en chantier. Société canadienne d’hypothèques et de logement. Janvier 2017.
[USCB] 2016. New Residential Construction. United States Census Bureau. 19 janvier 2017.