Les producteurs forestiers du sud du Québec font le choix de négocier collectivement avec les scieries

C’est à la suite d’une assemblée générale spéciale qui se tenait en soirée au Centre de foires de Sherbrooke que les délégués du Syndicat des producteurs forestiers du Sud du Québec (SPFSQ) ont pris une décision historique. Dorénavant, le prix du bois de sciage résineux sapin-épinette des producteurs forestiers de l’Estrie et de la Montérégie sera déterminé suite à une négociation collective menée par le SPFSQ auprès des scieries.

« Je suis extrêmement fier de la décision qui a été prise par l’ensemble des délégués » s’est enchanté André Roy, président du SPFSQ. « C’est historique pour notre région! Cela fait 20 ans que le prix du bois de sciage stagne. En se regroupant tous les producteurs ensemble, en allant s’asseoir à la même table avec les scieries et en négociant collectivement, les producteurs forestiers auront enfin un meilleur prix pour leur travail. »

La nouvelle mesure fait en sorte que dorénavant, le Syndicat des producteurs forestiers du Sud du Québec se chargera d’aller négocier le prix du bois de sciage directement avec les scieries. Ce prix sera ensuite appliqué à la grandeur des transactions de bois de sciage sur le territoire de l’Estrie et de la Montérégie. Auparavant, les scieurs informaient les producteurs d’un prix minimum qu’ils devaient s’engager à payer et ils pouvaient offrir des prix différents pour certains producteurs. La baisse du nombre de scieries dans les dernières années ayant entraîné un débalancement dans le marché, la concentration du nombre d’acheteurs avait fini par défavoriser le producteur au détriment des transformateurs de bois.

« La force du syndicalisme forestier, la force qu’on se donne quand on se regroupe pour aller chercher des gains pour tout le monde, il faut reconnaître que c’est moins au goût du jour qu’autrefois », de rappeler André Roy. « La décision historique qui a été prise par les délégués en assemblée générale spéciale prouve que nos convictions ont encore toute leur pertinence. L’union fait la force et ensemble, nous allons toujours plus loin », de conclure le président du SPFSQ.

Une période de transition sera nécessaire pour permettre de négocier des ententes avec les scieurs, à la satisfaction des deux parties. Entre-temps, les livraisons se poursuivent selon les ententes existantes.

Source :
Martin Larrivée, ing. f.
Directeur général
Syndicat des producteurs forestiers du Sud du Québec
819 346-8905 poste 115
mlarrivee@upa.qc.ca