Suggestions de livres

  • Bolets – Québec et Est du Canada – Fondation Miron, Royer, 2017.
    Apprenez à reconnaître les champignons comestibles et à les distinguer de ceux qui sont non comestibles ou toxiques. Le livre compte 304 pages et 1710 photographies couleur. Sur le site de la fondation, la section Identification est impressionnante.
  • Champignons comestibles du Québec – Éditions Quintin, 2008.
    Cet ouvrage s’adresse à tous les gourmets et gourmands qui désirent faire l’expérience gastronomique des champignons sauvages présents dans les boisés du Québec, en toute sécurité, sans avoir à devenir spécialistes.
  • Répertoire des lieux de marche au Québec – Bipède éditions, 2012.
    Le Répertoire des lieux de marche au Québec, 7e édition, est La référence pour les marcheurs et les randonneurs de tout calibre. Il est écrit par un collectif et publié par la Fédération québécoise de la marche. L’ouvrage est illustré de plus de 300 photos en couleur. On y retrouve 689 lieux représentant plus de 10 000 kilomètres de sentiers et parcours de promenade et de randonnée.
  • Les plantes rares du Québec méridional – Les Publications du Québec, 2009.
    Ce guide gouvernemental vise à faciliter l’identification de 277 plantes rares du Québec méridional. Réalisé par des botanistes expérimentés, il met l’accent sur les caractéristiques morphologiques les plus distinctives de ces espèces. Il présente également des renseignements sur leurs habitats, sur leur statut juridique et sur les espèces avec lesquelles on pourrait les confondre. Plus de 600 photos en couleurs et des cartes de répartition complètent cette information.
  • Au-delà du 48e parallèle – Édition Thomas Fecteau.
    Le pilote de brousse, Thomas Fecteau, raconte ses fabuleuses aventures forestières entre 1947 et 1955. Il devait survoler les régions au nord du 48e parallèle, forêts infinies parsemées de lacs, sans aide à la navigation et sans cartes précises. Il aura accueilli à son bord des malades, Amérindiens, arpenteurs, prospecteurs, castors et du matériel pour les développements miniers. Tout en ravitaillant les régions isolées, il acheminait le courrier et portait une attention spéciale à tout ce qui paraissait inusité.
  • Les champignons sauvages du Québec – Éditions Fides, 2005.
    Plus d’une dizaine de nouveaux champignons et encore plus de recettes alléchantes ! Pour le mycologue amateur ou le gourmet averti : tout ce qu’il faut savoir pour trouver et reconnaître les champignons. Des photographies exceptionnelles, une description détaillée de chaque espèce et des recettes originales.
  • Les papillons du Québec – Éditions Broquet, 2011.
    Il y a dans cet ouvrage, de quoi occuper de nombreuses journées et nuits de recherche! Louis Handfield est un entomologiste amateur depuis plus de quarante ans. Après avoir exploré la faune de Mont-Saint-Hilaire, il a élargi son champ de recherche pour couvrir le Québec et le Labrador tout en se permettant des incursions dans les provinces et états voisins.
  • Québec à l’époque des pionniers – Éditeur Sylvain Gingras, 2011.
    Cet essai de Sylvain Gingras est en réimpression.
  • Du bon usage des arbres – Éditions Actes Sud
    À l’attention des élus et des collectivités publiques, Francis Hallé propose un petit cours sur l’arbre, sa gestion, sa culture, son rôle dans la ville, afin qu’il ne soit pas menacé par l’incompétence, le souci de rentabilité, le principe de précaution, le mépris de tout ce qui vit, quand ce n’est pas tout cela à la fois. Il s’agit tout simplement d’un plaidoyer pour l’arbre des rues et des parcs.
  • Trésors des boisés Beauce-Etchemin – Sur commande.
    Un livre publié par l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce qui se veut un document de référence sur les produits non ligneux (PFNL). Il s’agit d’un ouvrage pratique que l’on peut apporter en forêt. Plus de 50 plantes et végétaux de la forêt sont décrits en 200 pages. Les quatre catégories de PFNL sont représentées : alimentaire, aromatique, ornemental et pharmaceutique ou médicinal. Les auteurs sont Alicia Poulin, herboriste, et Richard Fortin, mycologue.
Retour vers le haut