Je me prémunis contre le feu de forêt

Au Québec, la grande majorité des feux de forêt surviennent dans la forêt boréale mais il arrive parfois qu’ils touchent d’autres secteurs, plus au sud. Leurs causes sont d’origine humaine ou naturelle. Afin de diminuer le risque d’incendie, certaines précautions peuvent être prises par les propriétaires forestiers.

Évidemment les cigarettes ou les feux de camp doivent être éteints en suivant les conseils d’usage. Par contre, sachez que certaines périodes de l’année offrent des conditions propices aux feux de forêt qui peuvent être allumés par de simples étincelles. C’est le cas lors des périodes de canicule et de sécheresse, mais aussi lors de la saison printanière. Contrairement à la croyance populaire, les sous bois, les arbustes et les arbres sont très secs au printemps et ils offrent beaucoup de combustibles. Il s’agit donc de périodes où il faut être vigilant.

L’organisme la SOPFEU surveille les incendies forestiers et tient à jour un indice de danger de feux par municipalité. Vous pourrez ainsi savoir si les conditions sont propices.

Photo chablis

L’accumulation importante de bois morts est une source de combustible.

L’accumulation d’arbres morts et secs est un facteur augmentant le risque d’incendie forestier. Lorsque ces arbres s’accumulent à la suite à d’une épidémie d’insectes, ou de renversement par le vent (chablis), ils deviennent d’excellents combustibles. Pour en diminuer la quantité et réduire le risque d’incendie, leur récolte est une action à entreprendre.

Pour en savoir plus sur la récolte de bois.

Retour vers le haut