On a besoin de vous!

Message du président extrait du journal L’Information du forestier – Janvier 2019

L’année 2018 vient juste de s’achever, et l’hiver est venu frapper à nos portes beaucoup plus tôt, en fait trop en ce qui me concerne! Je voudrais amorcer cette nouvelle année en vous rappelant certaines réalités de 2018 et voir avec vous ce que 2019 nous réserve.

On vient de vivre une campagne électorale au Québec et au moment d’écrire ces lignes, les députés et ministres font leur entrée à l’Assemblée nationale. Le nouveau gouvernement a été élu pour réaliser des changements et, en campagne électorale, il a montré une tendance à prioriser l’éducation, la santé et l’économie. Ces sujets sont importants pour la société et particulièrement l’économie pour les producteurs forestiers. Ces jours-ci, on entend les groupes environnementaux et plusieurs analystes politiques craindre que le gouvernement n’en fasse pas assez pour l’environnement. Pour ma part, j’ai pu constater, lors des réunions d’automne, que les propriétaires forestiers étaient inquiets des nouvelles normes environnementales qui pourraient émerger de ce gouvernement, notamment pour les milieux humides et les traverses de cours d’eau. Je partage ces inquiétudes. En 2019, nous devrons demeurer vigilants et participer aux consultations qui seront menées par le gouvernement, particulièrement par sa ministre responsable de l’Environnement.

Les propriétaires, afin de mettre en valeur leur patrimoine, doivent parfois traverser des cours d’eau et des milieux humides pour réaliser leurs activités d’aménagement forestier et de récolte de bois. Nous nous attendons à de nouveaux règlements qui feront appel à la logique et au bon sens afin de ne pas alourdir inutilement la mise en œuvre de leurs activités sur leur propriété privée. D’ailleurs, s’il existe encore beaucoup de milieux humides sur les lots boisés c’est parce que les propriétaires les ont bien protégés à ce jour et qu’ils veulent continuer à le faire sans contraintes administratives coûteuses et occasionnant des délais indus dans la réalisation de leurs opérations. À mon sens, le gouvernement doit envisager une rétribution aux propriétaires forestiers qui assurent la protection de ces milieux.

Parlant des réunions d’automne, j’ai remarqué une baisse marquée de la participation des propriétaires depuis trois ans qui est passée de plus de 200 personnes à 127 cet automne. Les raisons expliquant cette baisse sont nombreuses, mais la fin du marché de la « pitoune » en est probablement une des principales.

À la fin janvier, nous vous rencontrerons lors des assemblées de secteurs afin de nommer les délégués pour l’assemblée générale annuelle d’avril prochain. Je compte participer à la plupart des assemblées et j’espère vous voir en grand nombre, pour d’abord faire connaissance avec notre nouveau directeur général, et surtout pour prendre des positions fermes concernant le sciage et le déroulage. Nous avons besoin d’une grande participation de nos propriétaires et producteurs afin de montrer à l’industrie du sciage que vous êtes mobilisés et que vous appuyez les démarches de votre organisation.

À ce sujet, nous sommes actuellement en discussion avec quelques scieurs afin de nous entendre sur de nouveaux contrats individuels de mise en marché avec chacun d’eux. Ces ententes ont pour objectifs d’obtenir de meilleurs prix surtout dans les secteurs où la concurrence des bois de la forêt publique est plus importante. Pour les usines qui n’offrent pas des prix intéressants aux producteurs malgré la vitalité du marché, nous visons à négocier les prix affichés. La question des garanties de paiement demeure un point important dans nos discussions avec les scieurs.

La fin du marché du 4 pieds résineux marquera un tournant historique majeur pour la majorité d’entre vous. Soyez assurés que votre Syndicat multiplie les efforts pour dénicher des marchés de remplacement.

L’année qui s’est terminée marquera aussi l’histoire avec des prix pour le sciage résineux jamais atteints et une dégringolade durant l’automne. Cette situation a permis aux producteurs d’obtenir de meilleurs prix pour leurs billots, principalement sur la rive-sud de la région. Les démarches que nous entreprenons avec les scieurs devraient probablement aider les secteurs où la concurrence est moins forte.

Finalement, je voudrais vous inviter, en ce début d’année, à renouveler en grand nombre votre carte de membre du Syndicat. Ce geste exprime clairement votre mobilisation à participer à la santé de votre organisation. En plus, la carte de membre vous donne accès à plusieurs privilèges ainsi que la chance de gagner un des nombreux prix de participation offerts cette année.

Je voudrais souhaiter à tous les propriétaires et aux producteurs de Joyeuses Fêtes ainsi qu’une bonne et heureuse année 2019. J’ai bien hâte de vous rencontrer durant nos assemblées de secteurs. C’est un rendez-vous!

 

Gaétan Boudreault,

Président