La récolte exige généralement de trouver plusieurs marchés pour son bois. Les plus belles billes seront destinées aux scieries et les autres peuvent alimenter une papetière ou une usine de panneaux. Aussi, les essences feuillues et les essences résineuses prennent généralement des directions différentes.

Soucieux de pouvoir négocier des conditions de vente convenables, les propriétaires forestiers ont formé, dans l’ensemble des régions du Québec, des syndicats et offices de producteurs forestiers.

Ces syndicats et offices régionaux sont notamment chargés de négocier avec les usines au nom des producteurs forestiers de leur territoire, organiser le transport, effectuer le paiement du bois livré et faire connaître les modalités de façonnage des tiges qui génèrent le meilleur revenu.

Pour les bois destinés aux scieries et aux usines de déroulage, les syndicats agissent de deux façons différentes selon la région.

  1. Dans les régions de la Gaspésie, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des Laurentides et de l’Outaouais, de la Gatineau, de Pontiac et de l’Abitibi-Témiscamingue, le syndicat régional s’occupe de négocier des contrats de vente de bois avec toutes les scieries faisant affaire sur son territoire, de convenir de grille de taux de transport du bois, et d’effectuer le paiement aux producteurs forestiers. Lorsque le marché pour un produit est insuffisant pour recevoir l’ensemble de l’offre de bois des producteurs de la région, le syndicat contingente la production en répartissant équitablement le volume demandé par une scierie à l’ensemble des producteurs forestiers selon des modalités prévues dans un règlement.
  2. Dans les autres régions, le syndicat ne négocie pas des contrats de vente de bois avec l’ensemble des scieries, mais affiche plutôt dans son journal et sur le Web, les offres de prix des différentes usines de sciage et déroulage. Le producteur doit alors communiquer avec la scierie de son choix pour s’entendre sur la réception et les conditions de vente de son bois.

Pour les bois destinés aux papetières, aux usines de panneaux et aux autres installations consommant des bois de trituration, tous les syndicats et offices régionaux négocient des contrats et répartissent les volumes convenus avec les producteurs forestiers qui en font la demande. Dans ces cas, aucun producteur forestier ne peut transiger avec une usine sans passer par l’intermédiaire de son syndicat régional.

La production de bois de chauffage à des fins personnelles n’est pas soumise à une réglementation de plans conjoints administrés par les syndicats et offices régionaux de producteurs forestiers.

Afin de connaître les offres d’achat de bois sur les marchés, deux sources d’information sont essentielles :

  1. Le syndicat ou l’office publie, plusieurs fois par année, un journal régional décrivant les offres d’achat des usines. Les prix sont présentés par essences forestières, longueurs et qualités des billes pour chacune des usines faisant affaire sur le territoire. Évidemment, il est utile de consulter le site Web du syndicat de votre région pour connaître les mises à jour concernant les achats de bois des usines.
  2. Afin de s’y retrouver, l’application PrixBois.ca est également une bonne façon de comparer les différentes offres des usines sur le marché en temps réel. On y retrouve les prix offerts par la majorité des usines du Québec. De plus, cette application tient compte de la localisation de votre propriété pour estimer les prix du bois en considérant les coûts de transport. Cette application est gratuite et utile à toutes les catégories de producteurs forestiers. PrixBois.ca est un outil d’aide à la décision et non pas une plate-forme transactionnelle.