Bilan du 48e congrès: les propriétaires forestiers doivent être au cœur de la politique forestière nationale

Saguenay, le 1er juin 2017. – Les discussions tenues dans le cadre du 48e congrès de la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) ont mis en évidence l’apport crucial des bois des forêts privées dans l’approvisionnement de l’industrie forestière.

IMG_3757« Aujourd’hui, 17 % des approvisionnement des usines de produits forestiers proviennent des forêts privées québécoises. Si l’on ajoute les achats en provenance des forêts privées de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et des États-Unis, ce pourcentage avoisine les 32 % », a déclaré M. Pierre-Maurice Gagnon, réélu à la présidence de l’organisation qui représente les propriétaires et producteurs forestiers du Québec.

Toutefois, les conférenciers entendus dans le cadre du congrès ont insisté sur plusieurs éléments qui devront être rapidement considérés pour améliorer notre politique forestière afin d’utiliser le plein potentiel sylvicole des forêts privées.

  • L’agrandissement et la construction d’usines pour transformer des produits de la forêt qui trouvent difficilement preneur sur les marchés, tels les bois résineux de faibles dimensions, apparaissent comme une nécessité. « La rentabilité des opérations forestières est grandement influencée par la possibilité de trouver des marchés pour toutes les essences et parties de l’arbre », a insisté M. Gagnon.
  • Le maintien d’un appui professionnel et financier sera essentiel, notamment pour la nouvelle génération de propriétaires forestiers. M. Gagnon a indiqué dans son discours à ses membres que « les associations de propriétaires forestiers sont mises de l’avant, partout à travers le monde, pour favoriser une plus grande mobilisation des multiples potentiels des forêts privées. Des associations de producteurs forestiers dynamiques sont ainsi un prérequis à une politique forestière nationale performante ».
  • L’adoption de réglementations municipales permettant de mieux concilier production de bois et protection de l’environnement favorisera aussi la mise en valeur du potentiel sylvicole. « La récolte de bois véhicule une image négative lorsqu’elle devrait plutôt être perçue comme une étape normale dans la production de biens aux multiples avantages écologiques », a souligné M. Gagnon.

Le congrès de la FPFQ fut l’occasion pour les délégués de toutes les régions de revendiquer une exemption pour les bois des forêts privées dans un futur accord sur les exportations de bois d’œuvre résineux aux États-Unis. « Miser davantage sur le bois des forêts privées réduira la portée des récriminations des Américains et générera les mêmes retombées liées à la transformation des bois. Toutefois, les propriétaires et producteurs ont peu d’emprise sur ce dossier dont les décisions sont prises à d’autres niveaux », a mentionné le président de la FPFQ, M. Pierre-Maurice Gagnon, à la clôture du congrès.

 

À propos de la FPFQ
La Fédération des producteurs forestiers du Québec est l’organisation provinciale qui travaille à la promotion des intérêts de 130 000 propriétaires forestiers de tous les milieux sociaux, dont 30 000 producteurs forestiers. L’action régionalisée de ses treize syndicats et offices vise la protection et la mise en valeur des forêts privées québécoises, ainsi qu’une commercialisation ordonnée des bois en provenance de ces territoires. 

-30-

 

Renseignements :
Marc-André Côté
Directeur général
Fédération des producteurs forestiers du Québec
Cellulaire : 514 378-6543
macote@upa.qc.ca