Élections fédérales 2015 : les attentes des producteurs forestiers

Le 19 octobre prochain, plus de 450 000 propriétaires forestiers canadiens et leur famille seront invités à voter pour un nouveau gouvernement. Dans les dernières semaines, la Fédération canadienne des propriétaires de boisés (FCPB) a sondé les diverses formations politiques sur leurs engagements pour :

  1. Créer un environnement fiscal favorisant les investissements sylvicoles – Les propriétaires forestiers sont peu enclins à financer seuls des investissements sylvicoles dans leurs boisés pour des raisons largement documentées, dont un faible retour sur l’investissement et la possibilité d’obtenir de meilleurs rendements avec des placements moins risqués. Une intervention gouvernementale est donc nécessaire pour encourager la sylviculture. À cet égard, la FCPB promeut l’établissement d’un régime d’épargne et d’investissements sylvicoles qui permettrait aux propriétaires forestiers de mettre à l’abri de l’impôt une partie du revenu tiré de la vente de bois en vue de le réinvestir dans des travaux d’aménagement forestier sur leurs lots boisés;
  2. Investir dans des plantations forestières – Un programme de soutien financier pour les plantations d’arbres sur les terres privées à l’échelle du pays permettrait d’augmenter l’approvisionnement en bois aux usines, d’atténuer l’impact du réchauffement climatique, de protéger la biodiversité et de maintenir la qualité des bassins versants.

À ce jour, le Bloc québécois, le Nouveau parti démocratIque du Canada et le Parti vert du Canada ont répondu à cette demande d’engagement politique.

Engagements des formations politiques envers les propriétaires forestiers canadiens

Les attentes Le Bloc québécois  Le Parti Conservateur du Canada Le parti Libéral du Canada Le Nouveau Parti Démocratique du Canada Le Parti vert du Canada
Créer un environnement fiscal favorisant les investissements sylvicoles Le Bloc québécois propose des modifications fiscales pour l’aménagement de la forêt privée comme la mise en place d’un régime d’épargne et d’investissements sylvicoles et des mesures d’étalement du revenu. Le Parti Libéral du Canada s’engage à réduire le taux d’imposition de 11% à 9% pour les petites entreprises. Le Nouveau Parti démocratique du Canada s’engage à réduire le taux d’imposition de 11% à 9% pour les petites entreprises. Le Parti vert du Canada s’engage à fournir un allègement fiscal aux producteurs forestiers, soit par un crédit d’impôt ou en offrant un taux d’intérêt réduit pour l’achat d’équipement.
Investir dans des plantations forestières Le NPD s’est dit ouvert aux propositions permettant d’assurer l’aménagement durable des forêts privées incluant des moyens pour augmenter la disponibilité de la matière ligneuse et la mitigation des effets des changements climatiques. Le Parti vert du Canada reconnaît qu’un programme de plantation d’arbres pour les boisés privés serait une solution pour plusieurs enjeux socio-économiques et environnementaux.
Autres engagements Le Bloc québécois propose un plan pour l’industrie forestière incluant notamment des mesures pour la recherche et le développement de nouveaux produits et pour favoriser l’utilisation du bois dans les constructions du gouvernement fédéral.  Le NPD désire mettre en place un crédit d’impôt à l’innovation pour encourager l’investissement dans la machinerie, les équipements et les technologies pour le développement de nouveaux produits. Le Parti vert du Canada souhaite investir en recherche, notamment pour augmenter la production de biens à valeur ajoutée et encourager une intensification de la sylviculture favorisant la production de bois de qualité. Le Parti vert du Canada voudrait également restaurer le financement du réseau des forêts modèles.